Dites quelque chose de gentil…

0

A New York, on tombe parfois sur de drôles de situation… Illustration avec Agnès, qui fait ses premiers pas dans l'improvisation !

Agnès

« Passez une très bonne journée. Je vous aime tous »… La femme qui vient de lancer ces paroles dans le mégaphone installé sur le trottoir, en plein cœur d’Union Square, réajuste son chapeau avant de poursuivre son chemin. Elle est aussitôt remplacée par une jeune fille qui, s’emparant à son tour du mégaphone, murmure un timide et rougissant :  » I love you, Mitchell… »
Franchement, je crois que je passe une des mes meilleures demi-heure new-yorkaise. La ligue d’improvisation  » Improv Everywhere « , spécialisée dans les impromptus poétiques au beau milieu de la ville, a déposé sur un trottoir d’Union Square, un pupitre où trônent un mégaphone et cette simple consigne : « Say something nice » ! Libre à ceux qui le veulent de proclamer haut et fort… ce qu’ils veulent (à partir du moment où c’est gentil). Depuis une demi-heure, c’est un festival de messages d’amour et d’encouragement en tout genre, que je prends tous pour moi, bien sûr, vu que je suis plantée juste en face du pupitre, un sourire béat aux lèvres. J’ai l’impression que toute la ville m’adore, c’est génial !

Hésitation devant l’étrange appareil

« Improv Everywhere » est un groupe d’improvisation un peu particulier. Leur slogan, « We Cause Scenes », pourrait se traduire par : « Nous exécutons des évènements artistiques à l’improviste dans des lieux publics et à chaque fois, c’est la même chose : ça rend les gens heureux ! ». Qu’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas de, vaguement, faire un petit sketch au coin de la rue. Les agents d' » Improv Everywhere  » sont de véritables activistes artistiques. Leurs interventions sont des « missions » et si certaines sont réservées aux agents expérimentés, d’autres font appel à des « civils » de bonne volonté. C’est ainsi qu’un jour, la gare de Grand Central s’est figée pour quelques minutes, la moitié des usagers transformés en statues humaines, au grand ahurissement des autres voyageurs. Une autre fois, Brighton Beach fut envahie par des plagistes en smoking et robe de soirée. Les véritables vacanciers n’en sont toujours pas revenus…
Aujourd’hui donc, deux agents ont déposé un mégaphone au milieu du trottoir et sont partis. Les gens vont-ils profiter de cette opportunité d’amplifier leur voix pour dire quelque chose de gentil ?… Oh que oui ! Union Square est bondé et, après quelques secondes d’hésitation devant l’étrange appareil, un homme se penche et lance :  » Have a great day ! ». Depuis, ça n’arrête pas : I love you… It’s a wonderful day… I love my wife… You’re wonderful… Excellent pour le moral et l’ego ! Une fille se précipite en courant sur le mégaphone et interpelle une dame qu’elle vient de croiser : « Hé, vous, avec l’ombrelle… L’ombrelle bleue… J’adore, c’est très joli ! » La dame en question se retourne et la remercie d’une charmante petite révérence. « Georges, on se retrouve sur les marches dans 5 minutes… Samedi soir, démonstration de capoeira… » Hé !… Si chacun en profite pour faire passer ses messages personnels, on ne va pas s’en sortir ! Quelqu’un pourrait-il expliquer cela à l’évangéliste qui monopolise le mégaphone pour rappeler à toute la rue que notre salut est dans la prière ?… Un groupe de dames choisissent de chanter quelque chose de gentil, plutôt que de le dire, tandis qu’une maman en profite pour rappeler à ses enfants à quel point elle les aime. Une bulle de bonne humeur s’est développée tout autour du pupitre. Pour tous les « Joyeux anniversaire » et « Je vous aime » amplifiés, lancés dans l’air, ce sont autant de « Merci » et « Moi aussi » qui fusent d’on ne sait où.

Remontée à bloc

L’air de rien, « Improv Everywhere », par ses interventions poétiques, amusantes et légèrement absurdes, distille un véritable discours sur l’Art et la place qu’il occupe dans la société, collant au plus près à cette définition basique : qu’est-ce que l’Art, sinon une activité humaine engendrant des émotions !…
Quant à moi, remontée à bloc, je suis sur le point de me jeter sur le mégaphone pour apporter ma petite contribution à cette joyeuse après-midi, quant un jeune homme se saisit du mégaphone et, hilare, me coupe l’herbe sous les pieds : « Something nice ! » C’est ce que je voulais dire….

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.