Jeux de miroir

0

Jusqu'au 11 juin 2012, le Museum of Modern Art propose une rétrospective consacrée à la photographe Cindy Sherman. Agnès a vu l'exposition pour vous et elle en est sortie sous le choc. Attention aux effets secondaires !

Franchement, je suis perplexe… Voire même, assez perturbée… Depuis une heure que j’arpente les galeries du MoMA en m’arrêtant devant chaque photo de Cindy Sherman, je me sens de plus en plus troublée. Mais, pas question de renoncer avant la fin de la visite : j’insiste ! Peut-être est-ce de ma faute… Peut-être bien que je manque de références artistiques essentielles pour plonger totalement dans l’univers de cette photographe inclassable, c’est possible… Il n’empêche que, pour tout dire, je commence à me sentir pas très bien…
Jusqu’au 11 juin prochain, le musée d’art moderne de New York accueille une rétrospective de la carrière de Cindy Sherman. Même si elle est, et ce depuis plusieurs décennies, une des plus fameuses photographes américaines, j’avoue que, jusqu’à présent, à part quelques clichés célèbres, je ne connaissais pas grand chose de son œuvre. C’est pour combler cette lacune que je me suis précipitée au MoMA dès l’ouverture de l’exposition (Grave erreur ! Ne faites jamais ça ! Attendez plutôt quelques jours que la cohue se calme…) Mais maintenant que j’y suis, je ne sais plus…

Le malaise ne fait que grandir

L’exposition est construite de manière chronologique. De la série  » Untitled Film Stills « , datant de la fin des années 70, aux portraits plus actuels, Cindy Sherman est l’unique sujet de ses photographies. Mais, même si je viens de la voir sur près de 170 clichés, je serais bien incapable de dire à quoi elle ressemble…
Des mises en scène très cinématographiques des débuts aux portraits bardées de maquillage clownesque plus actuels, Cindy Sherman n’a jamais le même visage, n’est jamais la même femme. Malgré leur beauté esthétique, les clichés noir et blanc de  » Untitled Film Stills « , ont quelque chose de profondément dérangeant. Toutes les femmes incarnées par l’artiste semblent immobilisées dans un stéréotype. Toutes présentent un visage de cire figé.
Au fur et à mesure que j’avance, le malaise ne fait que grandir. Cindy Sherman se photographie dans une multitude de situations parfois amusantes, souvent inquiétantes et, généralement, flirtant avec le sordide. Le questionnement sur l’identité féminine n’est jamais  » joli « , mais souvent d’une subtilité inquiétante. Avec une ironie toujours très noire, les photos de Cindy Sherman obligent insidieusement à se poser des questions sur soi-même. Des questions dont nous n’avons pas forcément envie de connaître les réponses… Involontairement, j’essaie de me reconnaître dans les situations présentées par la photographe. Et moi ?.Dans quel cliché peut-on m’enfermer ? Suis-je la blonde seule dans un couloir vide, appuyée contre une porte, les yeux clos ? Ou la brune aux cheveux ébouriffés en peignoir rouge ?

Masque mortuaire

Même la vieille femme au visage craquant sous son épaisse couche de maquillage me semble être un miroir déformé de moi-même, une image grotesque de celle que je serai peut-être un jour…
Certaines des plus récentes photos évoquent l’obsession de la jeunesse et des artifices qu’il faut employer pour en maintenir l’apparence. Sur la photo, le visage de la vieille femme est exposé dans une lumière crue. L’épaisse couche de fard lui enveloppe le visage, comme un masque. Il l’étouffe presque. Elle ne peut ni bouger, ni respirer sous peine de le voir se craqueler et tomber en poussière. Et le pire, c’est qu’au lieu de cacher les ravages du temps, ce maquillage les fait ressortir dans toute leur cruauté. La vieille femme porte déjà son masque mortuaire. S’en rend-t-elle seulement compte ?
En toute honnêteté, je suis sortie assez ébranlée de l’exposition. Mais, finalement, n’est-ce pas le but du travail de cette artiste atypique depuis près de 40 ans : nous secouer ?

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.