Ligne Q

0

En été, New York devient vite une fournaise. Alors pour s'échapper, Agnès a une solution : emprunter la ligne Q du métro. Direction l'océan !

Agnès

Départ : Canal Street. Au dessus, c’est la canicule. Les magasins ne désemplissent pas. Certainement à cause de leur climatisation. Les gens font des sauts de puces, d’un magasin à l’autre, prenant tout leur temps, examinant chaque article, juste histoire de retarder le plus possible leur sortie dans l’air étouffant et les quelques mètres de fournaise qui les séparent de la boutique d’à-côté.
En dessous, c’est encore plus difficile. Il fait une chaleur d’enfer. Le quai du métro est bondé, ce qui signifie qu’à moins de n’avoir aucun scrupule à piétiner ses semblables, il n’y a aucune chance d’obtenir une place assise dans la rame. Quarante-cinq minutes de trajet… Dans de telles conditions, ça risque d’être long… Mais c’est le prix à payer pour rejoindre la mer… Elle est là-bas, tout au bout des immeubles, à Coney Island…
La ligne Q du métro est, en quelque sorte, la Nationale 7 des New-yorkais. Enfin de ceux qui, lorsque les températures dépassent les 86° Fahrenheit (30° Celsius) se souviennent qu’ils habitent au bord de la mer.
Certains s’échappent dans les Hamptons. Parce que c’est chic, élégant et qu’ils y ont une résidence secondaire, ou des amis avec une résidence secondaire. D’autres partent en expédition jusqu’à Montauk pour l’extrême bonheur d’être au bout du monde et de faire du camping au milieu des moustiques (l’un n’empêchant heureusement pas trop l’autre). Les autres prennent la ligne Q et, pour le prix d’un ticket de métro, s’offrent des vacances dans le Sud.

Pelle et seau en plastique

Coney Island est la plage la plus proche et la plus facile d’accès depuis Manhattan. Ce qui fait regretter à certains grincheux qu’elle soit si populaire. Ceux-là ne sont certainement pas avec moi, debout dans la rame de métro, le nez collé contre la porte vitrée, à la recherche d’un peu de fraîcheur.
Comme prévu, aucune place assise. Une famille de trois enfants, équipée comme il se doit avec parasol, glacière et panier en osier débordant de serviettes de bain occupent toute une rangée de sièges. Le plus jeune des enfants, un gamin d’environ 4 ans, a du mal a garder son équilibre. Il ne comprend pas pourquoi il devrait lâcher sa pelle et son seau en plastique pour s’agripper à la barre de fer. Visiblement, sa mère a trop chaud pour lui faire entendre raison. Elle se contente de le retenir par son t-shirt, le ramenant sur le siège à chaque soubresaut du métro. Debout à côté de moi, un groupe de copines comparent les indices de protection de leur crème solaire. Plus loin, un jeune homme vient de décider que son après-midi à la plage commence maintenant et enlève son t-shirt. Le seul usager en chemise et cravate a l’air de se dire qu’il s’est trompé de ligne…

Mickey dégonflé

Profitant d’un mouvement de foule à l’arrêt Prospect Park, je me glisse vers l’intérieur de la rame dans l’espoir vain de récupérer un siège. Tout ce que je réussis à faire, c’est de me retrouver coincée contre la porte du fond et le petit garçon avec sa pelle et son seau. Il boude. Sa mère vient de lui expliquer assez sèchement que ce n’était pas l’heure de goûter et qu’il n’était pas question de gonfler son ballon Mickey avant d’être arrivé. Alors il boude ! Pour éviter à toute la rame de subir un caprice, sa mère a tout de même consentie à sortir le ballon Mickey dégonflé du panier et le lui a collé dans les mains.
Depuis, ce petit bonhomme me regarde étrangement. Je sens bien qu’il est prêt à se lancer et à me demander de gonfler son ballon… J’avoue, je suis bien embêtée. D’un côté, la maman a dit non et elle a raison : sur la ligne Q, un bel après-midi d’été, il n’y pas de place pour un ballon gonflable. Et, d’un autre côté, ça me plairait beaucoup de voir tous les occupants de la ligne Q s’envoyer un ballon Mickey de plage. Après tout, Coney Island n’est plus si loin. D’ailleurs, ça y est, je la voie, là-bas, tout au bout des immeubles : la mer !

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.