11 septembre : l’acteur mythomane démasqué

0

Depuis 2009, un acteur américain prétendait avoir survécu au 11 septembre 2001… alors qu'il était à l'autre bout de Manhattan.

Steve Rannazzisi n'était pas dans la tour Sud le 11/9... (Photo Robert J. Fisch)

Quelques jours après les commémorations marquant le 14ème anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, voici une révélation qui fait l’effet d’une bombe médiatique. Le New York Times affirme que, contrairement à ce qu’il prétendait, l’acteur américain Steve Rannazzisi ne pouvait pas être présent au World Trade Center ce fameux 11 septembre. Un scoop qui intervient au plus mauvais moment pour l’acteur, à la veille de la première mondiale de sa nouvelle série Breakind Dad.
Depuis 2009, le comédien rendu célèbre aux Etats-Unis grâce à son rôle dans la série TV The League s’était construit de toutes pièces sa légende. Il affirmait que, le matin du 11 septembre, il se trouvait au 54ème étage de la tour Sud, au siège de la banque d’affaires Merrill Lynch, et que, lorsque le premier avion s’est écrasé contre la tour Nord, il avait pu descendre aussitôt et qu’il était dans la rue lorsque le deuxième avion a percuté la tour Sud.
Dans les interviews de l’époque, Steve Rannazzisi racontait sa journée d’horreur et comment celle-ci avait changé sa vie, le poussant à profiter de la vie et à quitter son métier d’alors pour se tourner vers la comédie. La comédie dans tous les sens du terme !

Un déluge d’insultes

Face aux preuves amassées par le New York Times, Steve Rannazzisi, aujourd’hui âgé de 37 ans, reconnaît son mensonge et se confond en excuses. Sur son compte Twitter et sur sa page Facebook, il écrit ainsi : « en temps que jeune homme, j’ai fait une erreur que je regrette profondément et pour laquelle les excuses ne seront certainement pas suffisantes ».
Mais pourquoi cette folie ? Selon les psychiatres, les mythomanes veulent se faire une place dans la société, quitte à s’inventer une vie. En France, tout le monde se souvient de l’affaire Jean-Claude Romand, cet homme dépressif qui a fait croire pendant 18 ans à ses proches qu’il travaillait à l’OMS alors qu’il passait ses journées à attendre sur l’autoroute. Jusqu’à ce jour de janvier 1993 où il a assassiné sa femme, ses enfants et ses parents, qui étaient en train de découvrir la vérité.
Steve Rannazzisi, lui, doit aujourd’hui faire face à un déluge d’insultes sur sa page Facebook. Parmi les quelques 2000 messages, on trouve aussi des commentaires plus constructifs comme celui de Greta Turillo qui lui propose désormais de s’engager dans les associations de soutien aux familles des victimes.

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.