Judith raconte sa New-Yorkite, la maladie de New York

1

De retour de New York, vous avez toutes les chances d'attraper la New-Yorkite, une maladie qui se manifeste par une terrible sensation de manque. Judith témoigne.

new yorkite new york
Judith face à la skyline du Financial District.

La New-Yorkite est une maladie étrange qui frappe tous ceux qui rentrent d’un voyage à New York. Elle a été mise en évidence par le Forum New York il y a quelques années déjà et vous pourrez découvrir les symptômes dans cet article consacré à la New-Yorkite.
New York était pour moi un rêve de petite fille, et ce rêve est devenu enfin réalité le 8 Juin 2016. Un voyage en solo de 10 jours sur le sol New-yorkais.
Une expérience durant laquelle ma curiosité n’en finissait plus d’être alimentée, tout m’émerveillait, j’étais envoûtée ! L’expression qui convient le mieux et sans exagération : j’étais ivre de bonheur !
Mais, comme on dit, toutes les bonnes choses ont une fin et j’allais devoir repartir. La dernière après-midi de mon séjour, j’ai voulu faire une petite pause, mais tellement importante à mes yeux : m’asseoir tout simplement sur un banc à Ground Zéro, face à la tour One World Trade Center. Fermer les yeux et m’imprégner de l’ambiance particulière et émouvante de ce lieu. J’étais à la fois tellement heureuse d’avoir enfin réalisé mon rêve mais aussi tellement triste de repartir et de laisser tout ceci derrière moi !

L’horizon me semblait banal

judith new york
Dernière photo du séjour, devant le mémorial du 11 septembre 2001.

Pour me rassurer je me répétais sans cesse que « après tout ce n’était juste qu’un voyage ! ». J’allais comprendre à mon retour que, non, c’était bien plus que ça ! New York était devenue My Home (ma maison) ! C’est là que j’ai compris que j’étais devenue définitivement amoureuse de New York.
Le retour fût difficile : je ne me retrouvais plus dans ce qui m’entourait, cela était devenu tellement « étranger » à mes yeux !
L’horizon me semblait banal, tellement inintéressant. Le blues, le mal du pays venaient de me toucher droit au cœur, au moment où je m’y attendais le moins !
Depuis, mes journées sont rythmées par New York avec le besoin de combler ce vide sans cesse, par des articles que vous pouvez lire dans ma rubrique sur ce site, des photos, des vidéos, des films… Je veux être aux nouvelles de chaque chose qui se passe à New York, voir les rues et les attitudes. Entendre les sons qui me sont familiers me rassure tellement ! Me console.

Chacun réagit différemment à la New-Yorkite

Comme beaucoup, l’entourage familier ou amical ne comprend pas cet enthousiasme. Alors je m’entoure de personnes qui me relient à la ville, sur le forum ou sur notre groupe Facebook. Je n’ai plus qu’une seule obsession : retourner à New York le plus vite possible !
Chacun réagit différemment à la New-Yorkite, mais vous serez certainement atteint par cette maladie incurable. New York vous hypnotisera, vous changera dès que vous y poserez les pieds. Tout y est tellement magnifique, sensationnel !
Alors n’ayez pas peur d’attraper la New-Yorkite : c’est une maladie, dont on n’a plus envie de guérir ! Et si pour vous aussi c’est difficile, voici des solutions pour patienter en attendant votre prochain voyage : cet article vous donne des pistes pour vivre à la New-yorkaise toute l’année !

1 commentaire

  1. J’ai découvert New York à 35 ans … j’en ai 66 depuis hier . Coup de foudre … j’ai eu la chance de pouvoir y passer beaucoup de temps , 3 semaines par ci 5 semaines par là au fil de toutes ces années .
    New York c’est la passion de ma vie .
    Quelquefois j’ai l’occasion d’y aller 8 jours .. je refuse . Trop malheureuse d’y rester si peu de temps !
    Quelqu’un a écrit : Quitter New York c’est aller nulle part !
    C’est exactement ce que je ressens .
    À bientôt New York pour 5 semaines ensemble .

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.