Abdullah Qandeel, le cauchemar des hôtels de New York

0

A 26 ans, cet artiste saoudien a une façon bien particulière de profiter de sa chambre d'hôtel.

Abdullah Qandeel
Abdullah Qandeel adore les hôtels new-yorkais mais c'est loin d'être réciproque ! (Photo DR)

Voilà un client que les hôtels new-yorkais n’ont plus vraiment envie de recevoir… Abdullah Qandeel, 26 ans, est un artiste saoudien qui a jeté son dévolu sur les hôtels et réalise ses œuvres en prenant pour support tous les objets qui lui passent sous la main dans sa chambre d’hôtel.
Lors de son précédent séjour à New York, il a ainsi exécuté une fresque directement sur le mur de sa chambre du 6 Columbus Hotel, un hôtel de Midtown. Une extravagance qui lui a valu de passer une nuit en prison, d’être  condamné pour vandalisme et de payer la remise en état.

209 000 dollars pour un tableau

Mais l’homme a bien l’intention de continuer à sévir. Dans une interview accordée au New York Post, il explique qu’il souhaite de cette façon « célébrer la vie ». « Je ne pensais pas que l’hôtel trouverait que ce serait une chose négative si je prenais un pinceau et que je partageais mes sentiments positifs sur un mur », justifie-t-il. Et devant le journaliste du New York Post interloqué, l’artiste remet le couvert dans sa suite du Chatwal Hotel : en pleine interview, il demande à son assistant de décrocher un cadre photo et, en quelques coups de pinceaux, il barbouille le cadre pour créer une nouvelle œuvre d’art.
Ses frasques lui permettent en tout cas de créer le buzz… En octobre dernier, l’une de ses peintures s’est envolée à 209 000 dollars lors d’une vente aux enchères à Doha, au Qatar. De quoi payer de nouveaux séjours créatifs à New York !

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.