Rockefeller Center, le cœur de New York

0

Construit de 1932 à 1940 en plein Midtown, le Rockefeller Center s'impose encore aujourd'hui comme le plus grand complexe autonome des Etats-Unis. Retour sur l'Histoire du "coeur de New York".

Poète et parolier, Philippe Latger se passionne pour l'Histoire et l'architecture de New York. Découvrez un extrait de son recueil de poèmes, Mes états d'Amérique, en cliquant ici. Et d'autres poèmes sur son blog http://casa-latger.over-blog.com/

Pour les fans de Batman, l’Empire State Building conserve le terrifiant mât d’amarrage pour dirigeables et le Chrysler Building ses gargouilles en acier inoxydable. Mais c’est au Rockefeller Center que l’on retrouve les lignes et l’ambiance de Gotham City, au plus près de l’esthétique des années 30, aussi somptueuse qu’inquiétante.
Coordonné par Raymond Hood, le monumental Rockefeller Center est le fruit du travail de sept architectes. Et tous les artistes en vogue à l’époque y ont apposé leur griffe. Parmi eux, Lee Lawrie, Isamu Noguchi et l’incontournable Diego Rivera, dont l’œuvre dans le lobby du principal gratte-ciel, l’actuel GE Building, n’a pas passé le cap de l’inauguration officielle. On lui préféra in extremis, la fresque d’un catalan de Barcelone qui travaillait déjà sur le chantier, Jose Maria Sert.

Le futur en pleine dépression

Lorsque le site fut classé au patrimoine en 1985, il fut qualifié de  » Cœur de New York « . Avec ses 19 buildings groupés en plein Midtown, entre les 5 et 6ème avenues, il reste à ce jour le plus grand complexe autonome des Etats-Unis. 60 000 personnes y travaillent chaque jour. Et 175 000 visiteurs l’arpentent, notamment pour monter à la terrasse du Top of the Rock, l’un des plus beaux panoramas sur New York. Une ville dans la ville. Mais le succès au départ n’était pas garanti.
C’est sur un terrain loué à la Columbia University que le milliardaire John D. Rockefeller a le projet de cet ensemble ambitieux qui devait rivaliser avec Wall Street. Il devait même s’offrir le luxe d’abriter la nouvelle Metropolitan Opera House. Mais l’économie s’effondre en 1929 avec le krach boursier, et le nouvel Opéra doit attendre 1966 pour ouvrir ses portes au Lincoln Center. Rockefeller n’abandonne pas la globalité du projet pour autant. Il reste un centre d’affaires, et faute d’Opéra, un palais du divertissement populaire : le Radio City Music Hall, salle mythique où se produisent les Rockettes, spectacles de Noël et de nombreuses remises de prix, comme les Tony Awards récompensant les meilleures comédies musicales de Broadway.
Malgré la crise, le milliardaire percevant les effets positifs – les matériaux et salaires ne coûtaient pas cher – lance donc les travaux en 1931, non sans considérations philanthropiques : au plus fort de la dépression, la construction des 14 premiers gratte-ciel donne du travail à 225 000 personnes jusqu’en 1940.

Entre Comics et Art Déco

Ouvert sur la 5th Avenue, un jardin en couloir, entre la Maison Française et le British Building ne pouvait s’appeler autrement que Channel Gardens. Au bout de la perspective, le GE building, achevé en 1939, haut de 60 étages, le plus élevé du complexe, domine la Lower Plaza et le Prométhée de Paul Manship, où l’on retrouve depuis, pour les fêtes de fin d’année, la patinoire et le plus imposant sapin de Noël de la ville. Il est aisé d’y imaginer les flashes au phosphore des journalistes pour le discours du maire en attendant l’Homme Chauve-souris créé par Bob Kane et Bill Finger la même année.
Face à la Saint Patrick Cathedral, le musculeux Atlas de bronze de Lawrie porte une sphère armillaire devant l’International Building, répondant à News, un autre chef-d’œuvre Art Deco, sculpture murale en acier sur la porte de l’Associated Press Building signée Noguchi.
Il faut enfin passer sous La Sagesse, fresque de l’entrée principale du General Electric Building pour découvrir le fameux lobby décoré par Jose Maria Sert, et la peinture venue effacer l’œuvre subversive de Diego Rivera, qui avait eu le mauvais goût d’y glisser un portrait … de Lénine. Incompatible avec une idée du progrès à l’américaine.

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.