J’ai visité pour vous… le One World Observatory

1

Ouvert depuis le 29 mai 2015, le One World Observatory est le nouvel observatoire au sommet de la One World Trade Center. Voici mon verdict !

Une vue à couper le souffle ! (Photo Didier Forray)

En tant que passionné de New York, cela faisait déjà plusieurs années que je trépignais d’impatience devant le nouveau projet d’observatoire au sommet de la nouvelle tour One World Trade Center. Quand allait-il ouvrir enfin ? Après plusieurs années d’attente, l’excitation était donc à son comble au moment de franchir l’entrée de l’observatoire. Voici ce que j’en ai pensé, sous la forme d’un « j’aime », « j’aime pas ».

J’aime : la mise en scène

Attardez-vous devant les interviews. (Photo Didier Forray)
Attardez-vous devant les interviews. (Photo Didier Forray)

Avant d’arriver au sommet de la tour, tout un parcours a été créé pour patienter et entrer peu à peu dans l’ambiance. Cela commence par un écran géant qui affiche en temps réel la nationalité des visiteurs dont le billet vient d’être scanné. Cela se poursuit ensuite par de longs couloirs qui présentent des vidéos de la construction de la tour, à travers les témoignages de ceux qui ont travaillé sur le projet. Les déclarations sont parfois grandiloquentes mais les films permettent de découvrir beaucoup de photos inédites.
Le petit passage dans des roches en carton-pâte reconstituant les fondations de la tour a un côté Disneyland un peu naïf mais il prépare parfaitement à l’étape suivante, la montée en ascenseur. Et là, sans vouloir vous gâcher la surprise, je vous conseille d’entrer dans les ascenseurs en vous arrangeant pour rester collé aux portes. Pendant la montée, un fabuleux film en images de synthèse est projeté sur les parois. Epoustouflant ! Une autre surprise vous attend au sommet mais chut, je ne veux surtout pas vous casser le plaisir.

J’aime : la vue

La vue sur le pont de Brooklyn. (Photo Didier Forray)
La vue sur le pont de Brooklyn. (Photo Didier Forray)

Une fois au sommet, la vue est effectivement, sans jeu de mots, à la hauteur des attentes ! On a le Financial District et le pont de Brooklyn à ses pieds. Un peu plus loin, c’est une vue d’hélicoptère sur la statue de la Liberté et Ellis Island. Côté Nord, le panorama est également imprenable sur Manhattan, l’Hudson et l’Empire State building au loin. On mesure d’un coup que l’on se trouve à l’endroit le plus haut de l’Amérique !
Je vous conseille de prendre votre temps et de vous asseoir comme vous le pouvez au bord des vitres pour profiter du spectacle, notamment du côté de la vue plongeante sur la marina du World Trade Center et du côté du pont de Brooklyn. Vous verrez aussi l’animation dans le port, avec les ferries de Staten Island et les bateaux de croisières. Sans oublier la noria d’hélicoptères, certains volant plus bas que la tour !

J’aime pas : les reflets des vitres

Le reflet dans les vitres... (Photo Didier Forray)
Le reflet dans les vitres… (Photo Didier Forray)

Une fois que l’on a fait un premier tour pour en prendre plein la vue, il est temps de sortir l’appareil photo. Et là, ce n’est pas évident. Aucun des 3 étages du One World Observatory ne permet d’avoir un accès à l’extérieur, comme cela est le cas à l’Empire State building et au Top of the Rock. Du coup, il faut se contenter de photos prises à travers les vitres du bâtiment. Un exercice loin d’être facile tant les vitres reflètent.
Mon conseil pour prendre des photos : choisissez les coins des vitres et collez votre objectif à la vitre. Quel dommage de ne pas avoir accès à l’extérieur comme cela était le cas sur l’ancien observatoire du World Trade Center.

J’aime pas : le bruit

Lorsque la foule afflue, l’étage principal du One World Observatory se transforme vite en aquarium qui résonne. Toutes les 20 minutes environ, des présentations de New York viennent également ajouter au niveau sonore déjà élevé. Certes les présentations sont intéressantes, avec des explications sur les quartiers de New York et les choses à voir et à faire, mais pourquoi avoir placé ces ateliers juste en face des deux principales vues, sur le Nord et le Sud ? On finit par avoir la tête pleine et c’est vraiment dommage. Mais plutôt qu’un long discours, voici une courte vidéo pour vous donner un aperçu du brouhaha : 20 petites secondes suffisent amplement !

J’aime pas : le côté ultra commerçant

La location des iPads... (Photo Didier Forray)
La location des iPads… (Photo Didier Forray)

Une autre chose qui m’a déçu, et même agacé : cette furieuse impression d’être pris pour un porte-monnaie sur pattes. Cela commence à la sortie des ascenseurs avec un détour aménagé uniquement pour passer devant les stands de location d’iPads. Là, plusieurs vendeurs tentent d’accrocher tous les visiteurs qui se présentent, avec l’un des vendeurs qui crie dans son micro pour vanter les mérites de l’iPad, comme dans un souk. Prix de la location : 15 $… Cela se poursuit un peu plus loin avec l’incontournable photo-souvenir, à près de 30 $. Vous pouvez y échapper en prenant la file de gauche mais on vous fera les gros yeux. La boutique est quant à elle installée directement à l’étage de l’observatoire, réduisant d’autant l’espace. Mais elle est stratégiquement placée sur le chemin de la descente. Une fois au pied de la tour, d’autres vendeurs vous attendent pour s’assurer que vous achèterez bien votre photo-souvenir. On se croirait à la foire de Paris !

J’aime pas : la guerre des chaises

Bon courage pour décrocher une chaise ! (Photo Didier Forray)
Les chaises sont rares au snack ! (Photo Didier Forray)

Autre déception au sommet : l’absence d’endroit pour s’asseoir. L’immense espace de l’observatoire, au 100ème étage, ne compte ni banc ni siège ! Comme si les visiteurs étaient invités à faire un tour et puis s’en va. Si vous voulez vous asseoir, il faudra vous contenter des petits parapets au pied des vitres. Ou alors il faudra prendre un verre au snack. Mais même là vous n’êtes pas certain d’avoir une chaise. Très bizarrement, le nombre de sièges disposés autour des tables est largement insuffisant et c’est la course dès qu’une chaise se libère. Je le redis : on a vraiment l’impression qu’il faut vite faire le tour et redescendre. Rien à voir donc avec les accueillants bancs en bois disposés sur les terrasses du Top of the Rock. Espérons que le One World Observatory reverra sa copie.

Verdict : faut-il visiter le One World Observatory ?

Vue sur le Financial District. (Photo Didier Forray)
Vue sur le Financial District. (Photo Didier Forray)

Avec 2 j’aime pour 4 j’aime pas, je dois pourtant bel et bien reconnaître que les « j’aime » l’emportent largement. Oui, oui, oui il faut absolument découvrir le nouvel observatoire ! La vue est effectivement à couper le souffle et, si on fait abstraction des quelques inconvénients ou ratés, la vue reste la promesse principale et elle est tenue. Le point de vue à la pointe Sud de Manhattan constitue d’ailleurs un formidable attrait, alors que l’Empire State building et le Top of the Rock proposent des vues depuis Midtown.
Pour ceux qui ont connu les anciennes twins towers, cette vue spectaculaire aura d’ailleurs un aspect émouvant puisque l’observatoire est situé à la même hauteur que l’ancien observatoire du World Trade Center et quasiment au même emplacement. Ne manquez pas la vue sur le mémorial du 11 septembre : vous verrez le fond des piscines, creusée dans les fondations des anciennes tours.
Un dernier mot pour qualifier la vue : inoubliable !

J'ai fondé le blog ©New York en 1999. Objectif : vous aider à préparer au mieux votre voyage à New York ! N'hésitez pas à me contacter par e-mail à l'adresse didier@cnewyork.net. NOUVEAU : découvrez mon guide de 250 pages sur New York paru en novembre 2017 : Destination New York.

1 commentaire

  1. Bonjour,
    Personnellement j’ai pu y aller en avril 2016, je devais y rester une demi heure et finalement j’y suis resté plus de 2 heures. Mon conseil, je ne sais pas si c’est parce que j’ai adopté cette solution mais il faut y aller le matin. Il y a moins de monde. Pour les photos c’est vrai qu’il faut coller l’objectif sur les vitres, pour éviter des reflets.

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.