Le jour d’après : apocalypse climatique à New York !

Oubliez le réchauffement climatique ! Le jour d'après met en scène le retour cataclysmique de l'ère glaciaire. Et c'est à New York que le pire est à venir.

La statue de la Liberté en mauvaise posture... (Photo DR)

L’histoire du Jour d’après

  • Sorti en 2002, Le jour d’après a été réalisé par Roland Emmerich, le grand spécialiste du film catastrophe à New York. En 1996, Roland Emmerich a effectivement laissé les extraterrestres détruire la ville dans Independence Day et il a livré New York à la furie d’un monstre effroyable dans Godzilla en 1998.
  • Cette fois, ni extraterrestre ni monstre : c’est la nature qui s’attaque à New York ! Un peu partout dans le monde, les stations météorologiques constatent une chute brutale des températures. Le climatologue Jack Hall (Dennis Quaid) tire très vite la sonnette d’alarme : la Terre entre soudainement dans une ère glaciaire. Il presse le Président des États-Unis d’agir…
  • L’ensemble de l’hémisphère Nord subit la chute sans précédent du thermomètre mais l’essentiel de l’action du film reste centrée sur le fils de Jack Hall, étudiant à New York. Son père réussira-t-il à le sauver ?

New York dans Le jour d’après

  • L’arrivée soudaine de l’ère glaciaire est mise en scène par des effets spéciaux absolument bluffants. La glace grignote les gratte-ciels, à commencer par l’Empire State Building, et la skyline se métamorphose en banquise.
  • Le quartier de Midtown est lui aussi méconnaissable. Dans une scène d’anthologie, un raz-de-marée engloutit la Fifth Avenue, provoquant le naufrage d’un navire russe entre les immeubles.
  • Autre star du film : la New York Public Library, la bibliothèque centrale de New York. C’est là que se réfugient le fils de Jack Hall, ses amis et une poignée de survivants new-yorkais. Je vous avoue que, depuis le film, je ne peux plus parcourir la bibliothèque sans penser au film !
  • Enfin, comme dans La planète des singes, la fin du film offre une vision apocalyptique de la statue de la Liberté. Miss Liberty aussi grelote ! Au passage, vous noterez une erreur dans la mise en scène : alors que Jack Hall passe devant la statue de la Liberté et se dirige vers Manhattan en remontant la baie de New York transformée en banquise, l’instant d’après, il entre dans Manhattan au niveau de l’Empire State Building, bien plus au Nord. Les deux endroits ont été rapprochés pour un effet plus saisissant. Mais pas de quoi laisser les fans de glace !

La bande annonce du Jour d’après

L’affiche du film

Jour d'apres film
L’affiche du Jour d’après. (Photo DR)
Avatar
J'ai fondé le blog ©New York en 1999. Objectif : vous aider à préparer au mieux votre voyage à New York ! N'hésitez pas à me contacter par e-mail à l'adresse didier@cnewyork.net. NOUVEAU : découvrez mon guide de 256 pages sur New York paru en mai 2019 : Destination New York.

Posez votre question ou commentez cet article :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.